en
Expertise
Programmes
Groupe O&G
Réclamations
Carrières
Blogue O&G
Nous joindre
Paiement
Assurances générales
Le tournant énergétique au Québec : Adieu chauffage au mazout
Par Annie Auclair

Au cœur des foyers québécois, une transformation énergétique s’amorce, bouleversant les habitudes de chauffage. Alors que l’électricité domine le paysage énergétique résidentiel, le mazout persiste, représentant une part significative de la consommation énergétique dans la province.

Une lueur d’espoir : Baisse de la consommation

Au cours de la dernière décennie, une lueur d’espoir a émergé avec une réduction de 9 % de la consommation de mazout dans le secteur résidentiel. Cependant, le gouvernement québécois, déterminé à accélérer la transition vers des sources d’énergie plus durables, a pris des mesures réglementaires audacieuses.

Réglementation en deux phases

Cette transition énergétique se déploie en deux phases bien définies, touchant d’abord les nouvelles constructions à partir du 31 décembre 2021, puis les bâtiments existants à compter du 31 décembre 2023.

La portée de ces régulations est spécifique, s’appliquant exclusivement aux bâtiments résidentiels de trois étages et moins, avec une superficie totale de 600 mètres carrés ou moins. Cette inclusivité englobe diverses formes architecturales, des cottages aux triplex.

Interdiction d’installation et de remplacement : Nouvelles constructions

Depuis la fin de l’année 2021, toute nouvelle construction résidentielle est soumise à une interdiction d’installation ou de remplacement d’appareils de chauffage au mazout. Cette mesure radicale vise à éliminer progressivement l’utilisation de cette source d’énergie. Des données d’Hydro-Québec soulignent même qu’aucun ménage n’a opté pour ces équipements entre 2014 et 2018, avec 40 % des propriétaires convertissant leurs systèmes vers des sources alternatives.

Vers un avenir sans mazout : Bâtiments existants

À partir du 31 décembre 2023, une nouvelle étape sera franchie, interdisant également le remplacement d’appareils fonctionnant au mazout par des appareils utilisant des combustibles fossiles tels que le gaz naturel ou le gaz propane dans les bâtiments existants.

En outre, la réparation d’appareils au mazout, dépassant les travaux d’entretien standards en raison de leur ancienneté, sera interdite. Cela signifie que non seulement le remplacement intégral de l’appareil est concerné, mais également toute pièce défectueuse nécessitera le passage à une source d’énergie alternative. L’objectif ultime est de favoriser l’adoption de formes d’énergies renouvelables, principalement l’électricité.

Impact environnemental et nouveaux choix énergétiques

Ces régulations redéfinissent le paysage du chauffage résidentiel au Québec, poussant les propriétaires à réévaluer leurs choix énergétiques. Ce n’est plus seulement une question de confort thermique, mais aussi un engagement envers un avenir plus durable.

Opportunité de transition énergétique

À mesure que ces changements s’installent, chaque foyer québécois devient un acteur potentiel dans la transition vers des alternatives plus respectueuses de l’environnement. L’obligation réglementaire se transforme en une opportunité pour les résidences de contribuer activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Impact sur le monde de l’assurance

Dans ce paysage de changement, le secteur de l’assurance joue un rôle crucial. Agents et courtiers en assurance de dommages se familiarisent avec ces nouvelles régulations pour conseiller efficacement leurs clients lors de la souscription, du renouvellement ou de toute modification contractuelle. Les experts en sinistre sont également informés pour expliquer clairement les implications de cette nouvelle ère énergétique aux sinistrés. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir davantage.

 

En conclusion, la fin du règne du mazout dans le chauffage résidentiel québécois marque un tournant vers une ère énergétique plus propre et durable. Cette évolution représente non seulement la fin d’une époque, mais aussi le début d’une opportunité pour les foyers québécois de devenir des acteurs essentiels d’une transition énergétique réussie. En reconsidérant leurs choix énergétiques, les résidents contribuent activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la création d’un avenir énergétique plus respectueux de l’environnement.

Le Québec se positionne ainsi en tant que leader dans la course à la durabilité, forçant une redéfinition des normes et l’adoption de pratiques énergétiques plus responsables. Cette transition représente une déclaration audacieuse en faveur d’un avenir énergétique plus harmonieux pour tous.

Cyber
Comment protéger vos données lorsque vous les transférez vers le nuage numérique ?
Par Éric Legros
En savoir plus
Assurances générales
Assurer les différents types de véhicules électriques
Par Éric Legros
En savoir plus
visage numérique
Cyber
Les deepfakes : Révélation d’un phénomène aux enjeux majeurs
Par Annie Auclair
En savoir plus